skip to Main Content

Nayla Khoury Daoun
Directrice
Collège Orthodoxe de l’Annonciation de Beyrouth

La période des fêtes est un bon moment pour compter nos bénédictions. Alors que je réfléchissais à la manière de commencer mon témoignage pour ce blog, je me suis demandée qu’est-ce que aurait pu être de vivre mon parcours en tant que directrice d’une école non-inclusive.

J’ai réalisé quelle véritable bénédiction ce fut d’avoir rencontré, il y a une vingtaine d’années, des éducateurs talentueux et professionnels qui m’ont initié à cette approche. Cela m’a aidé à changer toute ma vision du processus « enseignement-apprentissage » et m’a forcé à mettre en pratique notre philosophie scolaire, notamment que chaque enfant a un caractère unique et ils sont créés à l’image de Dieu, ce qui fait que nous les êtres humains nous lui ressemblons.

J’ai appris à valoriser davantage les talents et compétences, et à évaluer les performances de manière plus globale, à remettre davantage en question nos approches et nos méthodes en tant qu’éducateurs. Trouver la bonne approche et créer l’environnement d’apprentissage approprié pour chaque enfant est une quête continue qui nous maintient en alerte et réfléchissant tout le temps. Cependant, le chemin n’est pas sans défis et, après 20 ans d’apprentissage, de succès et d’échecs, je ne peux pas dire que nous avons atteint une véritable inclusion.

Les défis auxquels je suis confronté, en tant que directrice d’école, se situent principalement à deux niveaux :

  • Le niveau social: Combien de fois ai-je entendu des parents se plaindre “pourquoi cet enfant est-il à l’école ? Ne voyez-vous pas qu’il ne devrait pas être avec les autres enfants ?”, et d’autres parents rapportent tristement : “aucun des camarades de classe de mon enfant n’est venu à son anniversaire…”. Malgré ce que nous avons accompli sur les plans organisationnel et académique, en élaborant des programmes et des évaluations adaptés, en créant des activités, en soutenant les enseignants et en les aidant à intégrer les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage et des besoins spéciaux dans les classes ordinaires, nous sommes encore loin d’un environnement totalement inclusif. Nous travaillons toujours à la sensibilisation, à la création d’environnements sûrs qui favorisent une véritable inclusion sociale.
  • Le niveau stratégique: En l’absence d’un cadre défini pour les écoles inclusives libanaises, chaque école a créé ses propres politiques et approches et a évolué au fil des années en fonction des besoins observés et sur la base de l’expérience. Pourtant, nous nous demandons constamment si notre environnement scolaire est le bon pour un apprenant donné et s’il doit être accepté et/ou rester dans notre école, ou s’il bénéficierait davantage d’un autre cadre ou d’un cadre plus spécialisé. Il n’y a pas de bonnes réponses, ni de critères clairs.

Je ne m’attarderai pas sur le niveau financier, bien qu’il devienne assez critique pour les parents et les écoles, car il est évident pour tous ; mais plus spécifiquement parce que le besoin réel se situe au niveau stratégique et politique. Un important travail a été accompli au cours des années précédentes pour sensibiliser et développer une politique nationale d’inclusion, qui a été lancée en juin 2023. Cependant, il reste que tout ce travail devienne nettement reflété dans les décisions exécutives et les plans de mise en œuvre, et qu’il devienne plus généralisé.

En attendant, nous ne pouvons que compter nos bénédictions et être reconnaissants pour les nombreuses initiatives privées, qui ont largement contribué à l’avancement de la cause des apprenants avec des troubles d’apprentissage et des apprenants avec des besoins spéciaux.

Nos écoles, les Écoles Orthodoxes de Beyrouth, sont toutes devenues des environnements inclusifs avec une proportion variant de 8 à 20 pourcents dans une de nos écoles d’apprenants ayant des besoins spéciaux. Malgré les périodes successives de confinement et le terrible impact de la double explosion du 4 août 2020 sur nos écoles, nous avons continué à développer notre approche inclusive car nous pensons qu’elle nous permet de rester sur la voie de la réalisation de notre mission.

Trouver la bonne approche et créer l’environnement d’apprentissage approprié pour chaque enfant est une quête continue qui nous maintient alerte en train de réfléchir tout le temps.

 

Je ne peux pas conclure sans remercier SKILD, son fondateur Dr. Nabil Costa et sa directrice Mme Hiba Al-Jamal pour leur engagement indéfectible en faveur de la cause des enfants ayant des besoins spéciaux au niveau national. Ces initiatives et efforts privés constituent une base solide pour construire une nation et une société plus inclusives. Nous continuerons à nous battre pour cela, quoi qu’il arrive.

Nayla Daoun

Nayla Khoury Daoun is currently the Principal of the Beirut Annunciation Orthodox School, one of the Beirut Orthodox Schools, and was the Principal of Ecole des Trois Docteurs from September 2004 till August 2023.
The Beirut Orthodox Schools adopt a holistic approach of education and are fully inclusive schools since around 18 years.
Nayla Khoury Daoun has been working with the Beirut Orthodox Schools since 1995, held the positions of Head of Division, Head of Department and then Executive Director of various Educational, Academic and Administrative departments. Between September 2012 and July 2015, she was the Director of the Digital Curriculum Development department, which produces eTextbooks in all subjects aligned to the Lebanese and to the schools’ curriculum. She then chaired for two years the Committee who planned for the professional learning program implemented in the schools.
She represents the Beirut and Mount Lebanon Orthodox Schools in the Union of Private Schools of Lebanon and in the relations with the MEHE and CRDP.

Back To Top
×Close search
Search